Retour à Autour de l’autisme

Autisme, « auto-diagnostics » et les théories SJW du complot de la farce obscure!!

A propos de l’auto-diagnostic
 
 
Il semble qu’il y ait énormément de « malentendus » et de grosses stupidités de dits sur ce sujet. Je vais donc donner mon avis personnel sur la question (après enquêtes, échanges et observations, pas juste pour dire un truc et me faire des amis!). C’est un avis, une prise de position, que je signerai et autant vous dire que vos petites attaques avec de vilains mots du genre: « Ouin-ouin! t’es une anti auto diag », – je vais vraiment m’en laver les mains royalement!
 
Ce qu’on appelle « auto-diagnostic » quand on parle d’autisme (ça s’applique à d’autres choses, troubles, maladies, syndromes évidemment), c’est ce passage qui précède le diagnostic (ou la demande) en fait… Ce moment où l’on comprend une chose qui nous concerne, ou que l’on pense comprendre.
Bien sûr qu’on peut s’auto-diagnostiquer et tomber juste sur son diagnostic, mais on ne le sait qu’en vérifiant et en confrontant ses convictions à des spécialistes…
 
Un auto-diagnostic, s’il est cohérent, peut être validé par un professionnel, qui va vous pré-diagnostiquer, ou vous conforter dans votre idée de creuser la chose, dans votre intérêt, et donc vous orienter et même vous soutenir dans vos démarches.
 
Un auto-diagnostic peut être invalidé par un professionnel, ce qui ne vous empêche pas d’en voir un autre si vous êtes réellement convaincu d’avoir raison, vous pouvez même exiger, et je vous le conseille, de passer des bilans pour avoir de vraies réponses…
 
Par contre si tous les professionnels, en équipe pluridisciplinaire, invalident votre auto-diagnostic et vous suggèrent autre chose post bilans… C’est que vous vous êtes trompé! (ça peut arriver et ce n’est pas si grave, on pourra quand même vous aider).
Oui, il peut arriver qu’on passe à côté du diagnostic, sur des critères erronés et injustes de vieux praticiens voués à disparaître, c’est un fait, certains en témoignent, et finissent par être diagnostiqués soit en libéral, soit dans un CRA. Et ceux là on doit les aider forcément, les soutenir, les guider pour qu’ils se dirigent vers des spécialistes reconnus. (Enfin, on n’y est pas forcé non plus, chacun fait ce qu’il veut de son temps!).
 
On peut très bien avoir reçu de mauvais diagnostics dans notre parcours, on est des tas à avoir galéré des années avant de « comprendre » qu’on était autiste, et même en l’ayant compris, on a eu des moments de doutes, de questionnements (même en ayant des confirmations extérieures), le diagnostic mettant fin à notre calvaire d’errance.
 
L’errance c’est quand t’es entre ton auto-diagnostic et le diagnostic final, ce n’est pas quand tu décides que finalement tu te passeras de l’avis de médecins spécialisés, parce que certains ont décidé que les « auto-diag » étaient en mesure de se diagnostiquer tous seuls (et entre « pairs » il paraît, donc entre auto diagnostiqués en fait, parce que plus on creuse, moins on trouve autre chose que ça dans ce genre de mouvement de pensée), non… L’errance, c’est quand tu attends ton diagnostic, parce que tu te cherches et que tu as besoin de te trouver! C’est long et douloureux, on est tous passés par là en fait, les autistes adultes, les parents d’enfants autistes, les enfants autistes même, qui passent des tas de bilans étalés parfois sur trois ans, par divers professionnels…
 
J’ai lu des choses vraiment pathétiques ces derniers jours et ces derniers mois, venant de personnes auto diagnostiquées qui prennent la parole au nom des autistes, alors qu’elles n’ont pas fait de démarches pour un diagnostic et qu’elles affirment même qu’elles n’en feront jamais, ou que leur diagnostic a été invalidé après des tests… (mais qui créent des asso et « mouvements » qui imposent aux diagnostiqués de penser comme eux sous peine de « lynchage » virtuel…).
 
Tout ça nous porte préjudice en réalité, à nous, les autistes diagnostiqués ou/et autistes auto diagnostiqués qui veulent et attendent leur diagnostic pour de vrai! (Ceux là sont soutenus par tout le monde en général, y compris par des associations tenues par des neurotypiques!)… L’autisme c’est quand même juste un petit peu sérieux, un peu plus que ce que les « auto-diag » de Twitter veulent bien vous faire croire, un auto-diag n’a pas valeur de diagnostic et n’apporte aucune aide à une personne qui en aurait besoin, ces personnes découragent les autistes en cours de diagnostics avec des discours haineux contre les psychiatres notamment, alors que c’est la psychanalyse qui est visée par les gens qui sont pour la neurodiversité (la psychanalyse n’est d’ailleurs plus recommandée par la HAS ou les CRA concernant l’autisme), la psychiatrie fait quand même de gros efforts, de plus en plus, elle prend les leçons de ses erreurs et se remet en question grâce aux avancées scientifiques et tout en manquant de moyens.
 

Raconter à des gens que tous les médecins sont incompétents sur l’autisme, sans se renseigner, discuter avec des professionnels, aller dans un CRA, puis un autre, et encore un autre, sans vérifier par soi même les choses, juste en répétant machinalement ce que certains racontent sur le net, se servant de quelques cas qui ont existé mais qui ont quand même fini par être diagnostiqués soit en CRA, soit en libéral, inciter les gens à rentrer dans des groupes, collectifs (payants) pour se battre (militer lol) pour les droits des autistes sans avoir de diagnostic, c’est juste de la maltraitance psychologique! Y’a pas de complot contre le diagnostic des autistes, y’a du retard, c’est vrai, y’a des gens de plus en plus compétents et formés pour rattraper ce retard, on nous filme dans les CRA pour que des médecins puissent être formés à nous reconnaître (si on donne l’autorisation), les bilans sont réajustés de plus en plus pour les femmes, parce qu’on est différentes des garçons sur les manifestations de l’autisme, quand les choses avancent, il est criminel de raconter le contraire à des gens qui passent peut être à côté d’un diagnostic nécessaire à leur survie dans ce monde!

Bon pour finir, les petites meutes de SJW (auto diag ou « pair diag » lol) qui parlent mal aux gens, qui appellent au lynchage ou au blocage d’autistes (qu’ils insultent salement), vous affirmez être autistes et vous battre pour « NOS » droits n’est-ce pas? Saviez vous que nous avons le droit au respect et à la dignité? Saviez vous que vous n’avez aucun ordre à nous donner? Qu’on est tous différents et libres de soutenir ou d’aimer qui on veut? Qu’on a même le droit de ne pas vous supporter avec vos combats qui puent le mouvement sectaire! (Dont vous utilisez bien les méthodes au final :’)  )… Et qu’on a le droit de vous dire ce qu’on pense aussi!
Vous me traitez d' »anti auto-diag » sans savoir combien de personnes j’ai soutenu jusqu’au diagnostic, vous n’êtes pas honnêtes intellectuellement, à mes yeux vous vous êtes discrédités et tous ceux qui vous soutiennent par peur de représailles ou je ne sais quoi (j’aimerais qu’on m’explique en fait, j’ai vraiment du mal à comprendre), pareil!
Vous nous avez demandé de choisir un camps, je me suis demandée si j’avais été téléportée en 1944 tout à coup quand j’ai lu des trucs comme: « collabo des valides », adressé à des autistes diagnostiqués qui seraient censés souffrir moins que vous et être riches apparemment… Les « valides », comme vous dites, ne sont pas des nazis et ne nous font pas la guerre, au contraire même, beaucoup se battent pour nous et beaucoup nous diagnostiquent 😉 !

Bref, au final, que vous soyez autistes ou pas, ne vous donne pas le droit de mettre des coups de pressions à ceux qui ne font pas confiance aveuglément à des auto-diag de Twitter ou de FB ou qui refusent de perdre leur temps avec vous et vos discours photocopiés de « Vulgaris-Guru » anti tout sauf eux même… u_u*

Je garde la force des cuillères pour moi et ceux qui osent vous dire ce qu’ils pensent!  (Just_autist).

6 Commentaires

Passer au formulaire de commentaire

    • Lau sur 14 décembre 2018 à 13 h 18 min

    Merci !
    Quest-ce que ça fait du bien de lire ça . ..
    Marre des auto-diag qui se prennent pour les rois du monde …

    • Alex sur 3 avril 2019 à 17 h 44 min

    Si il n’y avait que les auto diags…certains parents, certains pros et malheureusement certains autistes partent en délire total !
    Dis, tu es fan de Deep Purple ?! :-p

  1. Parfait , avec le bon emploi de :
    « vous n’êtes pas honnêtes intellectuellement » qui représente justement toute la problématique de base ( honnêteté et intellectualisation de toutes choses )
    Merci pour ce texte

    1. La seule chose qu’ils auront fait de bien à mes yeux, c’est d’avoir mis un de tes textes sur mon chemin au final! \o/

    • AD sur 28 août 2020 à 10 h 25 min

    J’ai été pendant environ 1 ans un auto-diag, au début j’ai hésité à me faire diag.
    Je me suis fait pas mal malmener sur des forum par des, je cite, « vrai-autistes ».
    Entre les NT qui me ‘Nah toi t’est pas autiste’ et les autistes qui détenais la seule est unique formule originelle de l’autisme véritable et des auto-diag souvent complètement perdu qui faisait pas mal de gaffe, moi inclu.

    Ce n’est pas facile d’un coté on se reconnait dans le TSA, d’un autre on lis et entends des trucs:
    – pas d’empathie : Je me trouve emphatique…
    – pas d’humour: j’ai beaucoup d’humour
    – pas d’imagination : je déborde d’imagination…
    – intérêts restreints : Je ne m’intéresse pas au foot, ni à boire une bière dans un bar, ni a critiquer le physique des femmes et ou commenter des exploits sexuels
    mais je m’intéresse en profondeurs à des tonnes de sujets variés et pourtant pas non plus aux spécifications de tout les trains du 19 siècle en inde 🙂

    Ensuite suivant votre age et votre vie: vous avez peut-être fait 1 million de truc sociaux et ou professionnels qui n’aurait pas du vous être accessible.
    C’est seulement ensuite que l’on comprend ce qu’on a sacrifier pour être fonctionnel malgré nos difficultés.

    Le diagnostique chez l’adulte, surtout tardif et surtout si on a eu un passé avec des psychiatres c’est pas évident du tout.
    Personnellement j’ai eu une ribambelle de PSYs pour mes problèmes scolaires et récemment avant mon auto-diag une PSY pour mon burnout.
    Ils sont tous passé très largement à coté et même une sommité dans mon enfance.
    Bref, j’ai eu diagnostique de TSA à 45ans et je malgré tout je doute encore car l’avatar/faux-self que je me suis construit pour survivre est resilient.

    J’ai rencontré des auto-diag très sympa et diag pas sympa et vice-versa.

    1. Merci pour ton témoignage. Il est certain que notre génération n’a pas été diagnostiquée correctement puisque les connaissances sur l’autisme et la façon de le diagnostiquer avec les critères que nous connaissons maintenant sont assez récentes. Et on continue d’avancer. Il arrivera un moment où nos passés cassés auront servi d’exemple aux nouvelles générations, et où tous les TSA seront repérés avant l’âge adulte 🙂

      J’ai moi même failli abandonner, mais le CRA m’a relancée et j’ai pu leur exprimer mon désarroi à cause de groupes sur le web, qui se revendiquaient autistes sans être diagnostiqués (ni en cours de diagnostic), pour qui il semble facile d’attaquer les gens en groupe pour les faire taire, rentrer dans leur mode de pensée très victimisant et qui n’hésitent pas à faire des réflexions très neurotypiques et à rabaisser ceux qui ne vont pas dans leur sens… J’ai clairement dit que si c’était ça être autiste, alors je ne devais pas l’être… Et j’ai été diagnostiquée TSA.

      Je me méfie un peu plus des « auto diagnostiqués » par contre car j’ai été très déçue. J’ai soutenu des gens qui ont fini par être irrespectueux parce que je ne les confortais pas dans leurs croyances quand ils refusaient d’aller voir un spécialiste, prétextant que les spécialistes ne le sont pas vraiment etc… en fait y’a pas mal de gens pas bien, dont l’autisme est exclus par des professionnels, mais qui continuent à dire qu’ils le sont sur le web et qui nous tournent autour comme si nous étions des fétiches ou des objets de curiosité à qui ils voudraient ressembler.

      Cela étant dit, j’aide certaines personnes à aller jusqu’au diagnostic, et en règle générale, c’est moi qui les repère, pas eux. d’ailleurs si j’en suis venue moi même à me questionner sur ce diagnostic, c’est après qu’on m’ait qualifiée d’autiste. (« traitée », je l’avais très mal pris sur le moment ^^).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.