Revenir à Bien-être

Ma mauvaise expérience au CMP… (Témoignage par just_autist).

Comment je vois l’infirmière :’)

Ceci est un témoignage, je ne citerai pas son nom, mais j’inviterai quelques personnes à venir lire mes articles, et je donnerai son nom sans problème à ce moment là, parce que je trouve que ce genre de personne ne devrait pas être laissée au contact d’autistes…

Comme vous le savez, le CRA nous diagnostique, émet des recommandations, mais c’est à nous ensuite de prendre contact avec des professionnels si on veut se faire aider… Chose que j’ai fait assez rapidement après avoir mon diagnostic en mains (3 mois c’est rapide sur mon échelle de réaction personnelle ).

La recommandation la plus importante et urgente dans mon cas, c’est l’ergothérapie ou la psychomotricité, pour faire un bilan sensoriel… et mettre en place des aménagements intérieurs et extérieurs. J’ai donc tenté de joindre une ergothérapeute pas loin de chez moi, j’ai laissé un message, elle ne m’a jamais rappelé… J’ai donc contacté le CMP de ma ville pour demander s’ils pouvaient me recevoir afin de mettre en place les recommandations du CRA.

C’est ce dont j’ai le plus besoin, je souffre beaucoup de mes hyper-sensorialités, et je commence à me dire que ça se voit, sauf que c’est mal interprété par des gens qui n’ont pas les connaissances suffisantes pour les repérer et les comprendre.
Ces gens du coup, mettront mon apparence nerveuse ou confuse (ou que sais-je encore, faudrait que je me filme tiens pour me rendre compte de ce qu’ils voient) sur un manque de confiance en moi… Or, j’ai beau faire le tour de la question, c’est faux, je ne manque pas de confiance en moi, je suis mal à l’aise dans les relations sociales, je suis gênée par beaucoup de choses (stimulus), le “jeu social” me fatigue très vite et si je sens d’une façon ou d’une autre, qu’une personne est hypocrite ou a un comportement incohérent avec moi, ou avec d’autres personnes d’ailleurs, c’est pire… Le pire étant que généralement, je ne réagis pas de suite, il me faut un certain temps pour me remettre de ce genre de situation, un certains temps pour assimiler ce qui était normal ou pas normal comme comportement envers moi, un certain temps pour récupérer.

En général, et si tout se passe bien, je mets trois jours à me remettre d’un rdv, sachant que la nuit qui le précède je ne dors pas… Quand ça ne se passe pas bien ou que je me suis sentie mal-traitée par une personne, c’est plus long, aussi, là, j’écris mon témoignage 5 jours après la “guerre silencieuse”…

Mon premier contact avec le CMP n’a pas été mauvais, au contraire, j’ai eu un charmant monsieur au téléphone, un infirmier, qui m’a très bien expliquée comment les choses se passaient au CMP, à savoir qu’il allait me rencontrer et qu’il déterminerait si je dois voir un psychiatre ou psychologue pour les démarches, à priori ce serait un psychiatre qui ferait la prescription, il y a un ergothérapeute au CMP… Il a su vraiment me rassurer au téléphone, m’a donné un rdv très rapidement, le jour suivant mon anniversaire…

Le jour de mon rdv, j’étais assez stressée, le lieu nouveau, le fait de devoir rencontrer l’infirmier… mais bon, j’ai l’habitude de bien préparer les rdv pour ma fille, j’essaie de faire pareil pour moi en prenant bien tous mes papiers et je me rassure, car je sais d’avance que l’infirmier est sympathique. J’arrive donc dans ce nouveau lieu, je reste un moment sans trop savoir où aller -_-’ un jeune homme “gueule” sur une dame, un infirmier parvient à le calmer gentiment (je crois reconnaître la voix de mon interlocuteur lors de la prise de rdv), il l’emmène avec lui pour discuter…
Une dame qui me voit au milieu de l’entrée me demande si j’attends quelqu’un… Je lui dis que j’ai rdv avec un infirmier pour une évaluation, elle me dit d’aller m’asseoir, qu’il va me recevoir.

Une dame arrive, dit mon nom, je me lève, la suis en me disant qu’elle va enfin m’emmener voir l’infirmier… mais je comprends très vite qu’en fait non… c’est elle qui va me recevoir. Après le mec qui gueule dans l’entrée, l’attente à ne pas savoir à qui je dois m’adresser, et la salle d’attente, hop, un imprévu de merde, un changement qui détruit tout mon travail de “rassure toi ça va aller”, et qui ajoute une obligation de répéter à une étrangère ce que j’avais déjà expliqué au téléphone à l’infirmier… Autant dire que je suis déjà KO et que mes espoirs se sont effrités. Je réussi quand même à me faire comprendre, en sortant mon diag/reco du CRA plus un projet post diag rempli avec le conseil général, où toutes mes autres pathologies (maladies) sont écrites, ainsi que les démarches à faire une fois diagnostiquée, qu’elle lit…

Alors cette dame, infirmière, je ne la connais pas, je suis stressés et fatiguée par les choses qui ne se déroulent pas comme prévu, et elle me sort qu’elle est sûre d’être Asperger “elle aussi…” , qu’elle le dit à tous ses collègues et qu’elle retient toutes les plaques d’immatriculation sans le faire exprès… (Paye ton cliché). Là elle me “réveille” 5 minutes, l’autisme c’est juste un intérêt restreint chez moi, (ainsi que la psychologie et la médecine d’ailleurs), je lui demande donc si elle est diagnostiquée… et lui dis que si elle pense vraiment être asperger elle doit se faire diagnostiquer (cette impression d’avoir une auto-diag de Twitter en face m’a légèrement agacée…). Puis j’enchaîne très vite sur le fait que je ne suis pas Asperger, mais autiste typique, que c’est écrit sur mon diag et que je m’entends rarement avec les aspergers en général. Elle essaie de trouver un truc sur mon diagnostic mais ne le trouve pas, je lui montre donc le numéro “CIM-10”… Qu’elle ne comprend pas, évidemment. Peu importe me dis-je, tant qu’elle fait mon évaluation, mais au moins je sais qu’elle n’est pas formée à l’autisme et qu’elle n’y comprend rien du tout (cey pas de sa faute donc, elle ne sache pas). Néanmoins, elle fait son travail, après ces mots échangés sur l’autisme et sur le fait que je sois quand même assez isolée pour avoir besoin d’un petit coup de pouce pour mes démarches administratives, elle m’explique que mon dossier va passer en commission en urgence, que je peux la joindre si j’ai besoin d’aide ou des questions, que l’AS me contactera et qu’on me contactera pour fixer mon rdv avec la psych.

Bon jusque là y’a rien de trop craignos, on m’a vite contactée et fixé un rdv avec une psychiatre par courrier, pour ce mardi 26 Mars (2 mois et demi de délai c’est pas mal comparé à d’autres CMP)… J’ai discuté avec mon meilleur pote et confident du rdv chelou avec l’infirmière, j’avais assez vite évacué comme de toutes façons je n’avais pas besoin de la revoir, logiquement… Et donc, Mardi, je me rends à mon rdv, stressée et soulagée en même temps, je sens que les choses vont enfin avancer, j’ai de l’espoir concernant l’aide qu’on peut m’apporter, puis je suis fière de moi d’avoir réussi à enfin demander de l’aide C’est une période où les choses sont en train de bouger (lentement) pour ma fille, donc je positive !

J’arrive donc au CMP, un peu avant l’heure du rdv, je me présente à l’accueil (repéré la fois d’avant), je dis avec qui j’ai rdv, on m’indique la salle d’attente des psych, ce ne sont pas vraiment des salles d’ailleurs, ce sont des espaces ouverts sur le couloir et les bureaux, on y voit donc défiler les gens… Je m’assieds en face d’une machine à boisson qui fait un vacarme pas possible, mes écouteurs seuls ne suffisent pas à atténuer le bruit, et où que je me place dans ce sas d’attente, je l’entends toujours autant, ça commence à m’énerver et j’ai peur de mettre la musique et de ne pas entendre quand on m’appellera… Mais c’est une question de survie là, donc je mets la musique et je guette tout ce qui se passe dans le couloir pour couper le son si besoin…

Au bout d’une bonne demie-heure, une dame vient me demander avec qui j’ai rdv… Et quand je donne le nom de la psych elle me sort “Ah non, vous avez du vous tromper, elle est en formation aujourd’hui”… Là j’avoue que la colère est montée tout net, je lui rétorque que non, je ne me suis pas trompée, et j’ai d’ailleurs le carton du rdv que je lui tends… Elle me dit de la suivre au secrétariat, elle vérifie sur l’ordi, dit à sa collègue qu’il y a eu une erreur, cherche à me fixer un autre rdv (y’a pas eu d’excuse de rien de merde hein, soit je m’étais trompée et c’était ma faute, soit je me suis pas trompée mais eux n’ont pas besoin de s’excuser u_u) BREF! Elle commence à me dire qu’avant Juin ça va être compliqué, là je suis entre implosion et explosion, la crise commence… Des gens rentrent dans le secrétariat, ils parlent fort, tout le monde est en train de me gonfler et j’ai envie de partir en courant, je râle, j’explique à la secrétaire que ça commence super mal, que j’attends ce rdv depuis trois mois pour qu’enfin les choses avancent, je lui fais un récapitulatif des trucs pas cools, y compris l’infirmière chelou qui m’avait reçue et avec qui j’avais pas du tout accroché… Elle semble comprendre, me dit “vous inquiétez pas on va trouver une solution”, me demande qui m’a vue pour l’évaluation, j’essaie de lui décrire vu que je ne me souviens pas de son nom, en fouinant dans ma chemise dossier, je retrouve sa carte, et… “Ben ça tombe bien, c’est elle! Elle est là!”- derrière moi depuis un moment en fait, je l’ai pas du tout reconnue et même quand on m’a dit que c’était elle, je la reconnaissais pas. Là je suis un peu dégoûtée, elles se parlent, elles règlent la situation en cherchant une place assez rapidement, et l’infirmière me dit qu’on va parler un peu, en se collant un peu trop à moi, “parce que là ça va pas hein”… Je confirme, je suis à deux doigts d’exploser en larmes. Le temps qu’elle discute je l’attends dans le couloir, je ne sais pas où me mettre, j’ai envie de partir, mais j’ai pas eu encore la date de mon rdv… Serrage de dents, un homme arrive, ils parlent tous, l’infirmière me présente par mon prénom tout fort, je capte pas trop ce qui est en train de se passer, mais je suis la pote de personne là, et je trouve tout ça gênant… Je me sens mal, j’ai mal partout, j’ai hâte de pouvoir rentrer…

Je vais résumer parce que j’ai pas encore tout bien digéré/assimilé, mais je me suis retrouvée dans un bureau avec l’infirmière qui finit par me donner mon rdv, appelle le CRA pour savoir quand ils auront le rapport (et c’est gentil qu’elle fasse ça, vraiment), le temps que le CRA la prenne en ligne, elle a dit des trucs que j’ai pas compris du tout, je n’étais pas sûre qu’elle me parlait à moi en fait, je pensais qu’elle était en ligne déjà, j’ai compris après… Le CRA lui répond, et ensuite elle appelle l’AS qui avait annulé son rdv mais qui ne m’avait pas rappelée, et comme elle “la connait bien (et paf son prénom) et qu’elle est là, on va aller la voir”… En attendant que l’AS la rappelle, j’ai vécu un truc très gênant. Elle cherchait son CV sur le pc… en disant que l’ordi c’est de la merde parce qu’elle trouve pas son CV. Quand je lui demande si elle pense que je vais l’embaucher pour qu’elle cherche son CV, elle me répond “oui comme épouvantail”… à partir de là cette femme s’est transformée en épouvantail dans ma tête xD J’essaie de parler un peu avec elle, mais elle se met à dire des trucs qui me dépassent. Un moment elle me sort que je vais devoir la supporter, j’ai pas su répondre je pense, vu qu’il y a eu un gros blanc après mon “ah oui… ben oui”… Elle veut me donner un rdv 1 fois par semaine en attendant que je vois la psych comme elle sent que je vais décrocher (et elle sent bien en vrai, enfin presque), j’accepte, je suis en position de faiblesse un peu, je “laisse faire”…

L’AS appelle, c’est bon, on peut aller la voir… On y va. Elle me présente avec mon prénom u_u. On ne s’est pas bien comprise avec l’AS, c’est pas grave, elle me reverra dés que le psych aura fait l’attestation, elle va m’aider à remplir mon dossier mdph, me donne déjà la partie à remplir par mon médecin, c’est une personne charmante. Mais l’infirmière est là, à côté de moi (un peu trop prés) et raconte des trucs totalement WTF, du genre que son fils va se marier avec ma fille (il a 18ans, je le sais comme elle m’a racontée sa vie dans le bureau toute à l’heure, elle m’a aussi racontée qu’elle a dix ans de plus que moi mais qu’elle est jeune… o_O), elle dit à l’AS que j’ai dit qu’elle me fait peur… ce que j’ai démenti direct en disant que je n’ai peur que des libellules- du coup elle me sort qu’elle va mettre un collier libellule la prochaine fois- ce à quoi je réponds que j’ai pas peur des colliers u_u (elle voulait peut être faire de l’humour, j’avoue que c’est possible, mais j’ai pas du tout compris alors). Bon en gros elle a fait que me parasiter à dire des trucs qui n’ont aucun rapport avec le pourquoi du comment j’étais là, au moment de partir elle m’a touchée les cheveux en me disant d’emmener un chouchou la prochaine fois, qu’elle me ferait une tresse… J’ai viré sa main en disant que “ça non, on touche pas mes cheveux” (en vrai j’étais au bord de l’explosion, les surcharges sensorielles que j’ai pris dans la tronche en deux heures qui m’ont parues un jour entier sans pause, c’était quand même assez fabuleux)… Elle m’a dit que je pouvais toucher les siens, et je l’ai fait du bout des doigts (lol) parce que c’est une chose que j’aime faire, mais j’ai pas aimé ses cheveux, ils étaient aussi secs et hypocrites qu’elle xD. Puis je suis partie…

De retour dans ma bulle je retrouve fille que j’infodump un peu, puis je rentre en panique un peu, je me repasse les scènes en boucle, j’essaie de comprendre, je publie un thread sur Twitter par rapport au toucher qui m’a beaucoup gênée, je cherche de l’aide, un soutien, je finis par en parler à mon meilleur pote (qui m’aide souvent à comprendre quand les choses qu’on me fait ou dit ne sont pas normales ou logiques, que c’est pas moi qui suis parano, il est d’une grande aide dans ce genre de “crise”), je dors très mal les jours suivants, je me réveille en repensant à cette infirmière (y’a eu une chose grave dont je ne parlerai pas ici parce que c’est trop long, mais je mettrai la psych au courant), jusqu’à que hier, j’appelle le CMP pour annuler mon rdv avec l’infirmière, ils me la passent, comme j’ai du mal à m’exprimer, je lui demande si elle a un mail pour que je puisse lui expliquer pourquoi je ne veux plus la voir, elle ne veut pas savoir. Je lui fais part de mon étonnement comme elle se dit “asperger”, je trouve curieux qu’elle ne veuille pas comprendre une autiste, elle me rétorque qu’elle “a assez fait de thérapie dans sa vie pour ne pas se remettre en question au niveau de son métier”… ce qui est incohérent comme je n’étais pas en thérapie avec elle, qu’elle n’est qu’infirmière en CMP. Mais bon, c’est pas grave, je suis soulagée d’avoir annulé et de l’avoir vexée, elle m’a dit que je pouvais changer d’infirmière sans problème (alors qu’elle m’avait dit le contraire les deux fois où j’étais seule avec elle), je me suis rappelée que c’était sur elle que gueulait le jeune dont je parlais plus haut ^^ Elle m’a dit “bonne route” alors que sa réaction de rejet à comprendre pourquoi une autiste ne voulait plus la voir et ce qui faisait que je savais qu’elle n’est pas formée à l’autisme, me disait plutôt d’aller bien me faire frire les yeux en enfer, hypocrite jusqu’au bout. 😀

Après enquête, (petite musique d’ambiance si tu cliques sur le mot violet :p ), et comme je ne suis pas une pauvre petite chose fragile et sans défenses intellectuelles, il se trouve que cette personne exerce un autre emploi, hypnothérapeute! Et après re enquête (merci poto), elle s’affiche même psychothérapeute “hors pratiques conventionnelles” sur les page jaunes… Elle a parlé d’une chose qui me fait penser qu’elle voulait tester ça sur moi, et j’ai donc doublement eu raison d’annuler le rdv. On m’a toujours déconseillée l’hypnose, et je n’ai jamais aimé les gens qui en faisaient, pour certains ça fonctionne il paraît, moi je trouve que ça les rend bizarres les gens, comme s’ils changeaient de personnalité. Il y a une part de manipulation dans ce genre de pratique qui me rebute profondément. Et après recherches, il y a quand même des dangers qui viennent peut être plus de la personne qui le pratique que de la pratique en elle même… Par ailleurs, cette infirmière m’a répétée plusieurs fois qu’elle est “jeune et belle” (ce qui est un manque d’objectivité certain), “j’ai dix ans de plus que vous mais je suis jeune”, j’ai pensé qu’elle essayait de me convaincre, ou de se convaincre elle même, mais après réflexion (et recherches), je me demande si elle ne s’est pas elle même hypnotisée pour fuir sa réalité…

Pour finir sur ce témoignage un peu long et pourtant incomplet, j’appréhende un peu plus le rdv avec la psych, je me dis que ça peut se passer mal, que je ne dois pas m’attendre à un miracle afin d’éviter la déception, connaître un peu mieux le lieu va m’aider à être moins stressée, mais s’il se passe encore une seule chose bizarre, je n’irai plus, je me débrouillerai autrement, je ne sais pas comment, mais il est hors de question que je subisse. >.<

J’espère que ma prochaine expérience au CMP sera positive… parce que là j’en ressors plutôt humiliée, exténuée, je n’en suis pas tout à fait remise physiquement ce Dimanche (6 jours après), en même temps c’est une période difficile pour moi à cause du printemps et de mes multiples allergies, mes douleurs chroniques et mes nerfs qui se coincent me fatiguent moralement, le manque de sommeil n’aidant pas, bref, heureusement que je peux compter sur ma résilience pour rebondir, je pense que d’autres personnes auraient renoncé aux soins et c’est grave… On ne va pas dans un CMP pour se faire flinguer le moral!

Vous ne m’en voudrez pas de garder mes cuillères pour moi cette fois-ci  😉

Just_autist.

Laisser un commentaire

Votre adresse ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.